Après une période difficile, le titre-service reprend du poil de la bête: "Il y a du travail!"

L’année a démarré au ralenti pour le titre-service, mais aujourd’hui, il reprend de l’essor. Les entreprises spécialisées dans le secteur des aide-ménagères se développent et ont un besoin croissant d’effectifs. Au salon de l’emploi de La Louvière, employeurs et demandeurs d’emploi se rencontrent, et plus si affinités.

Le secteur du titre-service a beaucoup souffert en ce début d’année. L’augmentation de son prix avait mis de nombreuses sociétés en difficulté. Mais loin d’avoir dit son dernier mot, il renaît peu à peu de ses cendres. 150.000 personnes travaillent actuellement dans ce domaine en Belgique et certaines entreprises recrutent encore.

 

"Nous avons tous les jours des demandes de nouveaux clients"

Et la tendance se confirme au salon de l’emploi de La Louvière où quelque 13 sociétés participent à des speed datings de l’emploi, spécialement dédiés aux fées du logis. "Il y a du travail, il y a de l’embauche, nous avons tous les jours des demandes de nouveaux clients", confie Jean-Marie Hoff, patron d’une société de titres-services basée dans le Hainaut, au micro de notre journaliste Jimmy Méo. Sa société emploie aujourd’hui 104 personnes et accueille, chaque mois, 2 à 3 ouvriers supplémentaires.

Une des chercheuses d’emploi présente sur place nous explique avoir déjà postulé à plusieurs endroits sans succès. "Ici on m’a dit que j’étais en attente, qu’on allait bientôt m’embaucher en technicienne de surface, j’espère…".

 

En une journée, une septantaine de jobs trouveront acquéreurs

"Du travail, il y en a. Ce qu’il faut, c’est motiver les gens, ne pas sous-estimer nos ouvrières, mais ça marche super bien et de l’emploi, il y en a", témoigne Anna Rizzo, gérante d’une entreprise qui tente de s’étendre dans le Brabant Wallon et est à la recherche de dix nouveaux collaborateurs.

 

Un premier trimestre laborieux

Mais le secteur a connu des jours plus difficiles au premier trimestre 2014. Avec l’augmentation du prix du titre-service, les emplois ont baissé de moitié en quelques mois. "Les recrutements ont ralenti, maintenant on se rend compte que depuis le deuxième trimestre, les entreprises sont de nouveau à la recherche de candidats. Et on n’a pas eu de mal à trouver des employeurs qui cherchaient des candidats", affirme Géry Choteau, analyste au Forem, depuis le salon de La Louvière. Des milliers d’offres d’emplois affluent tous les mois.

 

Source rtl.be

La fédération des entreprises des titres-services, Unitis, et l'Union des classes moyennes (UCM) se disent attentives aux décisions que prendront les prochains gouvernements régionaux bruxellois et wallon quant à l'avenir du système.

Quel avenir pour les titres-services " régionalisés" ?

Depuis le 1er juillet, les Régions sont en effet responsables pour les titres-services. Ce secteur emploie 42.000 salariés en Wallonie et 21.000 à Bruxelles. Ces emplois sont en large majorité occupés par des femmes et des personnes peu qualifiées. Il est donc important de maintenir ce système, sous peine de renvoyer ces dizaines de milliers d'hommes et de femmes au chômage et au travail au noir, avertissent les deux associations. Les mesures récentes prises par le gouvernement fédéral ont fragilisé le secteur. De nombreuses faillites sont intervenues. L'emploi global a régressé depuis le début de l'année pour la première fois depuis la création du système. Il est donc évident que les entreprises du secteur sont aujourd'hui à la corde. Pour Unitis et l'UCM, les titres-services doivent rester accessibles, à un prix très raisonnable et avec déduction fiscale, à l'ensemble de la population et en particulier aux actifs. Les entreprises privées doivent en rester les acteurs principaux. Elles doivent donc avoir les moyens de vivre, d'assurer l'encadrement et la formation, de faire face à l'ensemble de leurs obligations y compris l'indexation des salaires. Il ne faut pas détricoter un système qui a pris une telle importance dans la société. Il faut au contraire corriger le tir pour enrayer les faillites et les destructions d'emplois, insiste les deux organisations. (Belga)

 

Sodexo Pass Belgium obtient la suspension du marché de l’impression et l’édition des titres-services (papier et électronique) que l’Office national de l’Emploi avait attribué le 3 avril dernier à son concurrent Edenred (anciennement Accor Services).

C’est la quatrième fois depuis le lancement en 2012 de ce contrat dont la valeur porte sur plusieurs dizaines de millions d’euros.

Devant le Conseil d’Etat, l’Onem plaidait qu’un nouveau retard dans ce marché risquait d’interrompre temporairement le service public. L’Onem n’hésitait pas à parler d’un "diktat" de Sodexo "au détriment de l’intérêt public".

La juridiction administrative n’a pas été impressionnée. Et c’est en effet la quatrième fois que Sodexo contrecarre Edenred sur ce marché portant sur l’impression des titres-services jusqu’au 31 décembre 2016 ainsi que les envois et la gestion du site internet lié.

À chaque fois, l’Onem choisit Edenred mais à chaque fois aussi, les arguments de Sodexo font mouche, obligeant l’Onem à faire machine arrière comme encore en septembre 2013 et en janvier 2014.

En septembre, Sodexo avait gagné la manche en faisant constater que l’Onem avait attribué le marché à Edenred bien que Sodexo proposait un call center plus performant que celui de son concurrent.

L’Onem qui peine dans ce dossier, avait relancé un appel d’offres et au final, l’avait re-attribué à Edenred, lui accordant 6,5 sur 7,5 contre 5 à Sodexo. C’était il y a six semaines.

Si Sodexo torpille une nouvelle fois son vainqueur, c’est en s’interrogeant sur la différence de cotation : l’Onem n’a pas suffisamment justifié l’écart d’1,5 point.

En 2012, plus de 122 millions de titres-services ont été achetés, un chiffre en augmentation de 13 % sur l’année précédente. Et si un léger recul est enregistré sur le premier semestre 2014, c’est un marché belge important que les deux géants français se disputent depuis son avènement en 2004.

Edenred (alors dénommé Accor Services) avait raflé la mise de 2004 à 2007 puis laissé le marché à Sodexo pour la période 2008-2012. Pour celle 2012-2016, c’est plutôt laborieux.

L’Onem a attribué quatre fois le marché à Edenred mais Sodexo a porté systématiquement la décision devant le Conseil d’Etat qui, les quatre fois, l’a suspendue pour procédure irrégulière, contraignant l’Onem à la retirer pour la repartir de zéro.

Gilbert Dupont

Source : dhnet.be

Les tires services arrivent à échéance le 30 avril.

Selon la société Sodexo, plus de 450.000 personnes disposent encore de titres-services au prix de 8,50 euros, qui arrivent pourtant à échéance le 30 avril prochain. « Au 1er mai 2014, ils seront périmés et ne pourront plus, en aucun cas, être ni utilisés, ni remboursés, ni échangés », avertit l’entreprise dans un communiqué.

De nombreux utilisateurs avaient en effet commandé des titres-services à 8,50 euros fin 2013, juste avant l’augmentation de 50 centimes annoncée pour le 1er janvier.

Sodexo appelle dès lors les personnes concernées à ne pas attendre la dernière minute pour agir. « Si l’utilisateur se rend compte qu’il n’est pas en mesure d’utiliser tous ses titres-services à 8,50 euros avant le 1er mai, il peut dès aujourd’hui en demander l’échange ou le remboursement », explique la société. Mais cette opération « ne pourra avoir lieu que si la date de validité des titres-services n’est pas dépassée au moment de leur arrivée chez Sodexo ».

Les titres-services à échanger ou rembourser peuvent être envoyés soit via la poste, soit via le site internet www.titres-services-onem.be.

« Les attestations fiscales étant déjà envoyées, tout titre-service acheté en 2013 sera remboursé à raison de 70 % de sa valeur faciale, diminué de 0,25 euro par commande pour les frais administratifs », précise Sodexo.

En cas d’échange, l’utilisateur recevra par courrier ou par email les instructions pour payer la différence de prix, soit 0,50 euro par titre-service, majorée de frais administratifs (0,25 euro par titre-service papier, 0 euro pour les échanges vers des titres-services électroniques).

Source: Le soir

Quels changements pour les titres-services bruxelles ?

Conseils pratiques pour commander dès demain vos titres services à bruxelles

En plus des informations données sur les sites de l’Onem et de Sodexo, les modifications apportées au système des titres-services seront explicitées dans une communication qui sera envoyée à chaque utilisateur de titres-services électroniques et une brochure informative accompagnera toute nouvelle commande de titres-services papier d’ici la fin de l’année.

Néanmoins, nous comptons sur votre aide pour relayer aussi cette information pratique.

La loi du 30 juillet 2013 et l’arrêté royal du 17 août 2013, modifiant l’arrêté royal du 12

décembre 2001, ont apporté des modifications au système des titres-services.

Les 3 changements importants

- Hausse du prix d’achat des titres-services en 2014

A partir du mercredi 1er janvier 2014, le prix d’achat d’un titre-service passera de 8,50EUR à 9EUR pour les 400 premiers titres-services commandés et de 9,50EUR à 10EUR pour les 100 suivants. Pour un ménage, cela signifie que les 800 premiers titres-services seront à 9EUR et les 200 suivants à 10EUR.

- Réduction d’impôts

Une réduction d’impôts de 30% est accordée sur le prix d’achat des titres-services. Le montant maximal sur lequel porte la réduction d’impôts est, depuis le 1er juillet 2013, limité à 1.380EUR par personne et par an (2.720EUR précédemment). Ce montant correspond en moyenne à l’utilisation de 3 titres-services par semaine pendant un an.

- Durée de validité

Tous les titres-services édités entre le 1er septembre 2013 et le 31 décembre 2013 seront valables jusqu’au 30 avril 2014 inclus. Au 1er mai 2014, ces titres seront périmés, ils ne pourront plus être ni utilisés, ni remboursés, ni échangés. Toutes les demandes d’échange et de remboursement de ces titres-services doivent être introduites auprès de Sodexo avant le 30 avril 2014.

Rappel et conseils pratiques pour les utilisateurs de titres-services

1. Faites votre dernier paiement 2013 bien à temps.

Pour bénéficier de titres-services au prix d’achat de 8,50EUR, le paiement de ces titres doit impérativement être sur le compte de l’émetteur avant le 31 décembre 2013. Afin de respecter ce délai, il est conseillé de passer commande avant le 20 décembre 2013.

2. Effectuez correctement votre paiement. Jusqu’à la fin de l’année 2013;

Seuls les paiements reprenant une communication structurée adhoc (à savoir le numéro personnel d’identification) et un montant correspondant à un multiple de 8,50EUR (avec un minimum de 85EUR), activeront une commande de titres-services.

3. N’achetez pas plus de titres-services que nécessaire.

Si un utilisateur souhaite bénéficier de titres-services à 8,50EUR, il doit néanmoins être vigilant à ne pas en acheter, avant le 31 décembre, en trop grande quantité. Ces titres-services ne seront valables que jusqu’au 30 avril inclus. Par ailleurs, depuis le 1er juillet 2013, le montant maximal sur lequel porte la réduction d’impôt est de 1.380EUR par personne et par an.

4. N’oubliez pas de tenir compte des congés scolaires.

La première partie de l’année est riche en congés scolaires : vacances d’hiver, congé de détente (carnaval) et vacances de printemps. Dans le calcul du nombre de titres-services dont il a besoin jusqu’en avril 2014, l’utilisateur oublie souvent de tenir compte de ses propres congés ou de ceux de son aide-ménagère. Il se retrouve ainsi en possession d’un nombre trop important de titres-services et est obligé de demander leur remboursement.

5. Modifiez votre ordre permanent dès le 1er janvier 2014.

Nombreux sont les utilisateurs qui ont enregistré des ordres permanents pour commander leurs titres-services automatiquement. Ces personnes doivent modifier le montant de leurs ordres dès le 1er janvier 2014: à savoir un multiple de 9EUR avec un minimum de 90EUR (10 titres services).

6. Utilisez tous les titres-services commandés en 2013 avant le 30 avril 2014.

Dès le 1er janvier 2014, le bon conseil pour tous les utilisateurs est de vérifier la date de validité de leurs titres-services. Utilisez-les en fonction de leur date de validité, à commencer par les plus anciens.

7. Si par mégarde, vous avez quand même commandé trop de titres-services ;

N’attendez pas le 30 avril pour demander leur remboursement ou leur échange. Tous les titres-services achetés ou échangés entre le 1er septembre 2013 et le 31 décembre 2013 ont une durée de validité limitée jusqu’au 30 avril inclus. Ils seront périmés dès le 1er mai 2014. La solution : demandez à temps leur remboursement. Toutes les demandes de remboursement ou d’échange de titres-services à 8,50EUR doivent être introduites auprès de Sodexo au plus tard le 30 avril 2014. Attention, elles entraînent des frais administratifs supplémentaires.

Source : www.titres-services-onem.be

MyGroom titres services bruxelles